Traduction

Commentaires

Contact

Votre rédactrice Bénédicte Mouchard est à votre écoute au 06.84.43.62.68, 
et pour toutes vos annonces pour  "Les Bons Plans" e.mail
eawy@hotmail.fr

Cuisine d'Eawy

75955_803546303009935_6689119288905904447_n.jpg  

  1604579_803546633009902_6965730299363301550_n-2-.jpg  

 

10313516_803546429676589_7938979418975366668_n-2-.jpg

 

10614259_803546569676575_7889974466909843962_n.jpg

La cuisine d’Eawy : restauration rapide

 

Le hot dog français

Recette hyper facile

  images-3-.jpg

Vous mettez à cuire une saucisse ou plusieurs, style saucisse de Frankfort.

Vous prenez une baguette ou une ficelle, vous retirez l'excédent de mie (avec une confiture de fraise, c'est bon).

Vous tartinez de moutarde l’intérieur de votre pain. Une fois que la saucisse est cuite, vous l’ajoutez au milieu de votre pain.

En variation, vous pouvez ajouter du gruyère, mais il faudra le réchauffer 1 petite minute au micro-onde pour le faire fondre.

Et finalement, vous le servez sur un lit de salade, pour faire plus chic.

 

Le hot dog Italien

Remplacer la saucisse par une chipolata

 

Le hot dog du Maghreb

Remplacer la saucisse par une merguez, et éventuellement la moutarde par de l'harissa. Attention, c’est fortissimo !

 

Bon appétit à tous !

La cuisine d’Eawy : restauration rapide

 

Le hamburger du pêcheur

 

Avoir de la nourriture correcte, ce n’est pas toujours facile surtout lorsqu’il s’agit de pain et de poisson pané

 

Une chose prioritaire est de privilégier les produits français. C’est écologiquement bien plus acceptable, ainsi il n’y a pas de dépenses et de gaz oïl, utilisé bêtement. Et n’est-il pas plus normal de faire vivre les producteurs du pays dans lequel nous vivons ?

 

Primo, nous achetons un gros pain, afin de remplacer ces immondes petits pains au sésame.

Nous faisons toaster le pain. Nous le tartinons de sauce béarnaise, nous installons dessus de l’oignon rissolé (auparavant à la poêle), une belle rondelle de tomate, 2 ou 3 croquettes de poisson panées que vous avez fait cuire dans la poêle. En fait la quantité de poisson dépend de la taille du pain, rebelote  sur le poisson, oignon et tomates (le poivron n'est pas indiqué pour cette recette). Et pour finir de la sauce béarnaise sur la dernière tranche de pain.

 

Faire réchauffer et avant de servir, ne pas oublier la belle feuille de salade à l’intérieur de votre hamburger du pêcheur

 

 

Bon appétit à tous !

La cuisine d’Eawy

 

Restauration rapide :

faites-la- vous-même !

 

La restauration rapide est souvent décriée de par ses produits industriels, et sa qualité nutritive contestable. Aussi Eawy News a décidé de partager avec vous, ses trucs et astuces, afin de gouter de la restauration rapide, mais de qualité.

 

Le hamburger campagnard :

Vous remplacez le pain au sésame par 2 tranches de pain, relativement grande en fonction de la grandeur du steak haché. Sinon, vous coupez du pain comme pour un sandwich. Vous le faites légèrement toaster.

Au préalable vous avez acheté un steak haché pas trop épais chez votre boucher.

 

Et c'est là qu'on rigole un peu, on joue au petit chimiste... Bref, Igor l'assistant du professeur Frankenstein, c'est vous !

 

Sur un côté du pain toasté, on met un peu de ketchup (sinon, c'est étouffe chrétien), des rondelles d'oignon que l'on a fait cuire auparavant avec des tranches de poivron ou une tranche de tomate non cuite, ensuite on ajoute des fines tranches de gruyère, pour recouvrir tout ça, on ajoute le steak cuit, poivron oignon à nouveau, fromage, ketchup et le pain. On réchauffe ou dans une machine à croque-monsieur ou 1min au micro-onde (pas plus sinon le pain devient trop dur). Avant de servir, vous ajouter une belle feuille de salade juste en dessous du morceau de pain. (Le faire avant était impossible, la salade aurait cuit).

 

Vous pouvez aussi ajouter une ou deux tranches de bacon. Tout est possible avec un peu d’imagination.

 

 

Bon appétit !

Salon de la Gastronomie à Auffay ce week end

 

20140412-Salon-Gastronomie

Cuisine d’Eawy : La viande 

Ils ne savent plus quoi faire pour vous pondre des journées spécifiques, aujourd’hui, nous célébrons la journée du bonheur, et youpi ! Ainsi que la journée sans viande, normal, nous sommes en période de Carême… Bref, la viande est-elle bonne pour la santé, et écologiquement parlant, est-ce bon pour préserver notre bonne vieille terre dans de bonnes conditions.

Communiqué de presse

Jeudi 20 MARS 2014 : JOURNÉE SANS VIANDE

La journée idéale pour s’informer, franchir le pas et adopter un régime sans cruauté envers les animaux et aux multiples avantages.

A l’heure où la consommation de viande est de plus en plus remise en cause et décriée, la Journée Sans Viande (JSV), une campagne internationale à caractère laïque se déroulant chaque année le 20 mars ou alentour avec le retour du printemps, donne lieu à travers le monde à de nombreuses actions d’information et de sensibilisation aux multiples conséquences de la consommation de viande : calvaire des animaux dits de consommation, pillage et pollution de l’environnement, détérioration de la santé humaine et gaspillage massif de céréales.

Pour l’édition 2014 de la Journée Sans Viande animée en France par le collectif International Campaigns et relayée par de nombreuses associations locales, de nombreux stands de sensibilisation au sort des animaux-machines à viande et de promotion d’une alimentation sans viande ni aucun produit d’origine animale auront lieu le 20 mars ainsi que les week-ends du 15 mars et du 22 mars 2014 à travers la France.

L’étalement du relais de la campagne permettra de sensibiliser plus largement le public et de l’inviter à s’engager le 20 mars ou alentour sur la voie d’un mode d’alimentation sans cruauté envers les animaux et aux multiples avantages.

Cette année encore, de très nombreuses actions sont prévues dans le monde avec notamment pour objectif en 2014 de faire goûter de la nourriture vegan à l’occasion de la Journée Sans Viande à plusieurs dizaines de milliers de personnes à travers le monde, dont 25 000 aux États-Unis.

Pour la France, l’objectif est de faire goûter un échantillon de produitvegan (100% végétal) à 5000 personnesà travers l’Hexagone entre le 15 et le 22 mars 2014.

« Rien qu’en France, chaque jour, plus de 3 millions d’animaux, soit plus d’un milliard par an, sans tenir compte des animaux aquatiques comptabilisés en tonnes, sont abattus pour la consommation humaine. Soit environ 65 milliards par an à travers le monde. Êtres sensibles, tous ces animaux réduits à l’état de marchandise sont de plus en plus trafiqués génétiquement et élevés dans des conditions concentrationnaires avant d’être transportés sans ménagement vers l’abattoir pour y être tués de manière brutale. Tant de cruauté et de maltraitance industrialisées alors qu’il est parfaitement possible de ne pas manger de viande et d’être en bonne santé! », déclare un porte-parole d’International Campaigns, collectif pour les droits des animaux qui relaie et anime la Journée Sans Viande en France depuis 2006.

À propos de la Journée Sans Viande
Manifestation annuelle organisée par l’organisation américaine FARM, la Journée Sans Viande (campagne MeatOut en anglais) est une campagne internationale destinée à encourager une évolution vers un régime éthique et équilibré végétal (à base de céréales et de légumineuses et de fruits et légumes) en faisant la promotion du large choix d’alternatives à la viande. Chaque année sont organisés partout dans le monde des stands de dégustation de délicieuse nourriture sans exploiter ni faire souffrir les animaux, des actions d’information sur les différentes motivations éthiques pour ne plus manger de viande, des conférences, des cours de cuisine ou des repas sans viande partagés avec des proches, des voisins ou des collègues.

Pourquoi arrêter de manger de la viande ?

  • Par compassion envers les animaux

 

Manger des animaux implique non seulement un meurtre animal de masse, mais encourage également les éleveurs à faire naître des milliards de vies innocentes, qui, sans la demande expresse, répétée et soutenue des consommateurs, n’auraient jamais vu le jour.

Ces vies ayant été créées dans l’unique but de mourir vite, dès que les animaux deviendront moins productifs, ou qu’ils auront atteint le poids satisfaisant pour l’éleveur. Par ailleurs, la plupart des animaux victimes de l’industrie de la viande sont des individus jeunes, voire très jeunes. Ainsi, les cochons sont abattus vers l’âge de 6/7 mois, quand ils auraient pu vivre environ 15 ans. La durée de vie d’un veau est généralement de 5 mois. Leur mère, les vaches, pourraient vivre environ 20 ans, mais elles sont abattues vers l’âge de 5 ans. Les poules ont une espérance de vie d’environ 8 ans mais sont tuées à environ 1 an ½.

Les animaux aquatiques n’échappent toutefois pas à cette règle implacable et se comptent par millions de tonnes. Ils sont écrasés dans les filets, asphyxiés, énucléés par compression, écaillés vivants par commodité et au nom de l’éternelle rentabilité, alors que leur sensibilité a déjà été maintes fois démontrée, sachant que tout être vivant doté d’un système nerveux souffre inévitablement…

Chosifiés, méprisés, enfermés, la seule importance accordée à ces êtres vivants, sensibles et conscients se résume à deux fonctions : Productivité et Rentabilité.

  • Par solidarité envers les affamés humains dans le monde

L’un des plus grands scandales humanitaires concerne la quantité astronomique de nourriture donnée de manière frénétique aux animaux parqués dans les fermes d’engraissement. Plus d’un tiers des récoltes céréalières dans le monde est ainsi sciemment détourné, pour le seul usage des animaux destinés à la consommation. Un véritable pillage de cultures organisé, un gaspillage insensé et un détournement de céréales qui pénalise lourdement les pays du Tiers-Monde, notamment les enfants.

En effet, pour « produire » 1 kg de bœuf, 7 à 10 kg de céréales seront nécessairement utilisés, 15 500 litres d’eau seront nécessaires. Combien d’êtres humains auraient ainsi pu être épargnés ? Si les hommes étaient nourris à la place des animaux d’élevage, un intermédiaire scandaleusement gaspilleur, la faim dans le monde ne sévirait plus.

Manger de la viande c’est voler le grain du pauvre pour nourrir la vache du riche…

  • Par souci de sa santé

La consommation de viande apparaît aujourd’hui comme un véritable problème de santé publique. Manger de la chair animale est un facteur de risque évitable pour la santé humaine. La viande favorise indiscutablement le diabète, est source d’obésité, élève de manière notoire le risque de certains cancers et favorise les infarctus. De nombreux scientifiques affirment d’ailleurs qu’une alimentation sans apports de produits animaux est particulièrement adaptée à la physiologie humaine et couvre tous les besoins en substances nutritives essentielles au bon équilibre du corps.

De plus, d’impressionnantes quantités d’antibiotiques et autres produits chimiques sont administrées aux animaux dans les élevages et ont une répercussion dramatique sur le consommateur humain en bout de chaîne, et sur l’environnement.

Manger de la viande c’est creuser sa tombe avec ses dents.

  • Par respect de l’environnement

La viande est la gangrène de notre planète qui s’étouffe et suffoque sous des quantités effroyables de méthane et de lisiers qui polluent de manière irrémédiable l’air que nous respirons ainsi que les nappes phréatiques, indispensables à l’alimentation des sources en eau potable.

À lui seul, l’élevage est responsable de la plus importante émission de gaz à effet de serre dans le monde. Il précipite le réchauffement climatique et pollue davantage que tous les modes de transport réunis.

En outre, les animaux étant majoritairement nourris avec des céréales et des tourteaux de soja (OGM et bourrés de pesticides), d’importants stocks de ce végétal sont notamment cultivés en Amazonie (où la forêt est massivement défrichée et condamnée pour la culture de cette légumineuse et transformée en pâturages) et en Asie puis acheminés vers des pays tiers, contribuant ainsi directement à la dégradation de l’environnement.

Un bœuf « fournira » 1500 repas alors que les céréales consommées durant sa courte vie auraient pu en fournir 18000.

Par an, un végétarien consommera directement pour s’alimenter quelque 180 kg de céréales tandis qu’un consommateur de viande en gaspillera indirectement 930 kg.

Contacts International Campaigns

Tél. : 06 86 54 89 56

Email : info[at]journee-sans-viande.info

Site Web : www.journee-sans-viande.info

 

Samedi prochain, dans Eawy News, nous vous

expliquerons ce que veut dire le mot végan.

La cuisine d'Eawy : Vin

 

Le Beaujolais nouveau 2013

Déjà 10 jours qu'il est sur les tables, en ayant rongé de son acidité les toiles cirées protégeant les tables, jours après jours, même s'il est un peu plus vieux.

 

 

Eawy News ne s'est pas risqué à une nouvelle bouteille. Votre rédactrice n'a pas un tel goût du

risque et n'a pas envie de voir ses dents rongées par l'acidité du pseudo vin ou vain, les frais de dentiste sont assez cher sans en rajouter.

 

Oui, la fabrication de ce vin, est vain. Il ne vieillira jamais dans de bonnes conditions, et ne sera même pas capable de faire un vinaigre de qualité, Et oui, pour avoir un bon vinaigre, il ne faut pas un vin exécrable,

 

En tout cas, cette année, il fallait une sacrée imagination pour trouver un goût de banane, ou de fruits rouges... peut être en le vomissant après une tartine de confiture à la groseille...

 

 

Ce vin est tout juste bon à décaper le ciment, mais attention, oups, ça tache !

Cuisine d’Eawy : Des notions de Bio

 

Existe-t-il du sucre « Bio »?

3666-ueRBNqOLFZBiA3aK-s-.png

 

On peut effectivement trouver du sucre bio produit principalement à partir de canne ; peu à partir de betteraves cultivées "biologiquement". Ce sucre "bio" est extrait dans des sucreries classiques ; il est rigoureusement identique au sucre standard. La principale différence porte sur les techniques culturales appliquées aux plantes sucrières et non sur le sucre obtenu. La production de sucre bio est cependant très réduite en Europe. Le marché du sucre bio en Europe est de l’ordre de 100 000 tonnes, 90 % provenant de la canne. Le sucre bio de betteraves est aujourd’hui produit à très petite échelle, en Autriche et en Allemagne.


Si vous souhaitez faire de la confiture bio, il vous faudra aussi utiliser du sucre bio. Même si vos fruits sont bios, si le sucre ne l’est pas, vous avez uniquement des confitures maison. Le terme semi-bio n’existe pas.


Toutefois, rappelons-nous des confitures de  nos mamies qui ne se posaient pas de questions quant à la fabrication de leurs confitures, nous pouvions dire en bon cauchois, que le goût était bien « bio » (beau, bon). L’artisanal aussi a ses charmes. Comme une bonne confiture de prunes sur une brioche au beurre… Mais les bonnes brioches au beurre, celles qui graissent le papier d’emballage et les doigts, si vous avez une bonne adresse, Eawy News vous remercie de la partager avec nous tous.

Cuisine d’Eawy : Le bio


Ne pas confondre artisanal et bio

Par le passé votre rédactrice a confondu la notion de produit bio, avec un produit artisanal, aussi il est  temps de remettre les choses en ordre.

 

3666-ueRBNqOLFZBiA3aK-s-

 

La tendance de ces dernières années, c'est le bio. Fruits et légumes, produits laitiers, viandes, mais aussi cosmétiques ou encore produits d'entretien, le bio fait partie intégrante de notre quotidien. Mais qu'est ce que le bio, et pourquoi possède t'il des avantages pour notre santé ?

 

Le terme « bio » désigne un produit ou une denrée issue de l'agriculture biologique. Le mode de production agricole est naturel et n'utilise aucun produit chimique de synthèse, comme les pesticides, les herbicides chimiques, les fertilisants artificiels ou les hormones de croissance.

On utilise des matières organiques naturelles recyclées et le principe de rotation des cultures.

 

Qu'est-ce qu’un produit bio ?

Un produit diététique ou un produit naturel n'est pas forcément biologique. Un produit bio est avant tout un produit qui respecte une réglementation stricte et très précise qui se trouve détaillée dans un cahier des charges dont l'application est contrôlée par un organisme de certification, lui-même agréé par le CARTV.

Le terme biologique fait référence à la façon dont sont cultivés les produits agroalimentaires.

 

Principales caractéristiques de la production d'aliments biologiques

Source : ML 

Pour les cultures

  • Pas de pesticides ni d'herbicides chimiques. On effectue plutôt du désherbage mécanique ou thermique. On pratique la lutte biologique pour protéger les cultures;
  • Pas de fertilisants de synthèse ni de boues d'épuration. On renforce plutôt le sol grâce à des méthodes d'agriculture éprouvées comme la rotation des cultures (jachère), l'usage d'engrais naturels et l'épandage de matières organiques compostées;
  • Pas de semences issues d'OGM et emploi exclusif des semences originales.


Pour l'élevage

  • Pas d'antibiotiques ni d'hormones de croissance. On fait plutôt usage de thérapeutiques alternatives, dont l'homéopathie pour traiter les animaux;
  • Pas de farines animales dans la diète alimentaire. Les animaux mangent plutôt des aliments cultivés selon les normes biologiques, sans OGM; (fourrages par exemple)
  • Pas de surpopulation animale dans des bâtiments fermés. Les animaux jouissent de conditions de vie décentes comme de l'espace pour bouger, de la lumière solaire et de l'air frais.

Source : Éric Labonté, Marc Lajoie      

   

Pour les produits transformés

  • Pas de colorant chimique, d'arôme artificiel, ni d'additifs de synthèse, afin de préserver le goût original des aliments.
  • Pas d'agent de conservation chimique.
  • Pas d'irradiation des aliments.

 

 

Exemples de produits « bio »

 

Dans l'alimentation :

  • Fruits et légumes,
  • Céréales,
  • viande,
  • Farine,
  • Lait et laitages,
  • Pâtes et riz,
  • Chocolat...

Habillage et produits de la maison :

  • Vêtements en coton bio,
  • en chanvre,
  • en laine,
  • en soie,
  • en lin ;
  • Détartrants,désinfectants et détergents bio.

 

Soin et cosmétiques :

  • savons,
  • maquillage
  • produits de toilette.

 

Les avantages d'une alimentation biologique

 

Les légumes bio contiennent :

  • moins d'eau que les légumes classiques, sont plus consistants et plus rassasiants.
  • de la vitamine C dans les légumes et certains fruits.
  • du fer et magnésium pour certains légumes.
  • des protéines pour les céréales.
  • des Oméga 3 pour la viande et les produits laitiers.

 

Avantages des fruits bio

Les fruits bio peuvent être consommés avec leur peau, alors que les fruits traditionnels doivent être pelés afin d'éviter l'ingestion de produits chimiques. C'est dans la peau que l'on trouve nutriments et vitamines.

Comment savoir si un produit est bio ?

Il doit comporter le sigle AB (pour Agriculture biologique) ou la mention Agriculture Biologique ou Produit issu de l'agriculture biologique.

 

Désormais, vous êtes informés véritablement de la différence entre le bio et l’artisanal.

Afin de compléter cet article, vous retrouverez prochainement un article sur le sucre bio.

gasto-1-001.jpg

Pour consulter les exposants, cliquez sur l'image ci-dessus.

 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés