Traduction

Contact

Votre rédactrice Bénédicte Mouchard est à votre écoute au 06.84.43.62.68, 
et pour toutes vos annonces pour  "Les Bons Plans" e.mail
eawy@hotmail.fr

environnement

Seine Maritime : intempéries

Transport scolaire interdit, demain, lundi 21 janvier 2013

En raison des conditions météorologiques qui rendent la circulation routière difficile:

- la circulation des transports collectifs de ramassage scolaire est interdite pour la journée du lundi 21 janvier 2013, sur l’ensemble du département. Cette interdiction ne concerne pas les transports collectifs assurés par des lignes régulières de transport de voyageur dont les responsables sont chargés d’apprécier l’arrêt éventuel des lignes en fonction de la situation locale.

- la circulation des véhicules de transports de marchandises de plus de 7,5 tonnes est interdite sur l’ensemble du réseau communal et départemental de Seine-Maritime, du dimanche 20 janvier 2013 22h00 au lundi 21 janvier 2013 11h00, à l’exception des véhicule de secours, d’intervention et de livraison des produits destinés à traiter les routes.

Sources : http://www.grand-rouen.com, http://www.haute-normandie.pref.gouv.fr/

 

Météo France, Vigilance orange en Seine Maritime pour cette nuit, le 18 janvier 2013

Pour demain matin, s’il a neigé ou plu, avant d’envoyer vos enfants prendre le bus pour aller en classe, écoutez France Bleue Haute Normandie afin de vous tenir informé du passage des transports scolaires. Le verglas peut avoir des conséquences dramatiques.

 


 Auffay : Réseau Ferré de France


Auprès de mon arbre, je vivais heureux

 P1040089.JPG

A Auffay, le long de la voix ferrée, vous n'avez aucune chance de vivre heureux aux côtés d’un arbre. Début décembre, Réseau Ferré de France a effectué des travaux sur la ligne Dieppe-Rouen.

Si le passage à niveau de la gare fut refait de façon magistrale, la coupe des arbustes le long de la voie est ni fait, ni à faire. C’est une vraie catastrophe ! La végétation est cassée, mâchouillée, hachée : une vraie boucherie.

Il est compréhensible qu’il soit difficile d’entretenir de tant de kilomètres de lignes, mais de là à nous imposer un travail ignoble alors que les tarifs SNCF ne baissent pas, on peut se demander si on ne se fiche pas de notre fiole ». N’oublions pas que les arbres, la végétation sont les poumons de notre planète, et RFF se comporte comme des margoulins en matière écologique. Il serait temps qu’ils se mettent à la page. En attendant, c’est :

Dommage et déplorable !

 

Environnement : consommation électrique

 

Passage à l’heure d’hiver

 

Le passage à l’heure d’hiver aura lieu le dimanche 28 octobre 2012. À 3 heures du matin, il faudra retirer 60 minutes à l’heure légale : il sera donc 2 heures.

 

Le changement d’heure a été instauré en France à la suite du choc pétrolier de 1973-1974. Depuis 1998, les dates de changement d’heure ont été harmonisées au sein de l’Union européenne. Dans tous les pays membres, le passage à l’heure d’été s’effectue le dernier dimanche de mars et le passage à l’heure d’hiver, le dernier dimanche d’octobre. La Commission européenne a défini le calendrier fixant le début et la fin de la période d’heure d’été jusqu’à 2016 inclus. Le prochain passage à l’heure d’été aura lieu le dimanche 31 mars 2013 (à 2 heures du matin).

 

L’objectif du changement d’heure est principalement de faire correspondre au mieux les heures d’activités avec les heures d’ensoleillement pour limiter l’utilisation de l’éclairage artificiel, ainsi soit-il disait le célèbre inventeur de la méthode Coué!

 

Calendrier de la période de l’heure d’été / heure d'hiver

 

2016

dimanche 27 mars (à 2 heures du matin il sera 3 heures)

dimanche 30 octobre (à 3 heures du matin il sera 2 heures)

 

2015

dimanche 29 mars (à 2 heures du matin il sera 3 heures)

dimanche 25 octobre (à 3 heures du matin il sera 2 heures)

 

2014

dimanche 30 mars (à 2 heures du matin il sera 3 heures)

dimanche 26 octobre (à 3 heures du matin il sera 2 heures)

 

2013

dimanche 31 mars (à 2 heures du matin il sera 3 heures)

dimanche 27 octobre (à 3 heures du matin il sera 2 heures)

 

2012

dimanche 28 octobre (à 3 heures du matin il sera 2 heures)

 

http://www.service-public.fr

Auffay : Urbanisme

 

Publicité et monument historique : que dit la loi ?

 

Depuis quelque temps, une publicité installée sur la place Bleckedé nous apprend qu'un magasin Gédimat s'installe prochainement à Tôtes. Cela ne ferait pas trop grincer des dents, si cette pancarte ne se trouvait aux abords proches de la Collégiales et des halles, classées aux monuments historiques. il est choquant aussi de subir cette polution visuelle aux abords du monument aux morts. Encore un effort, Messieurs les publicitaires, et bientôt, vous accrocherez vos créations aux cous de nos statues.

 

P1030680.JPG

Il serait temps de s'interesser à la loi. Il n'y a pas de raison que l'on doivent subir les goûts des architectes de France en matière de peinture, ardoises,... quand on restaure sa maison aux abords d'un monument historique, aussi faut-il que les publicitaires soient dans les règles eux-aussi, ainsi que les personnes qui ont proposé leur mur pour la pub.

La suite de cet article a pour source Net Iris :

 

La pollution visuelle à l'abord des agglomérations a été l'un des problèmes évoqués par le Grenelle de l'environnement. C'est pourquoi la loi (n°2008-776) du 4 août 2008 de modernisation de l'économie a modifié le régime de taxation des dispositifs publicitaires, des enseignes et pré-enseignes, afin de limiter leur prolifération anarchique et inesthétique.

Toutefois, un grand nombre de Maires de petites et moyennes communes se plaignent de la pollution visuelle croissante que constituent les pré-enseignes dérogatoires qui, hors agglomération, peuvent toujours être implantées sans déclaration préalable, ni autorisation municipale, sur des propriétés privées.
Ces dispositifs - qui dans des limites rigoureusement encadrées par le Code de l'environnement, sont censés se limiter aux seules activités particulièrement utiles aux personnes en déplacement (hôtels, restaurant, etc.), à celles liées aux services publics ou d'urgence et à celles s'exerçant en retrait de la voie publique ou en rapport avec la fabrication ou la vente de produits du terroir (ex : vente directe de fromage, foie gras) - prolifèrent dans des conditions anarchiques aux entrées de ville. Quant aux mesures coercitives engagées par les maires elles n'ont que peu d'effets car les contrevenants sont prompts à réimplanter leurs panneaux en d'autres lieux, lorsqu'ils ont été contraints de les déposer.

Aussi, les articles 36 et suivants de la loi (n°2010-788) du 12 juillet 2010, dite Grenelle II, interdisent toute publicité en dehors des lieux qualifiés d'agglomération par les règlements relatifs à la circulation routière, mais également dans certains lieux limitativement énumérés à l'intérieur d'une agglomération. La loi aménage les règles applicables aux règlements locaux de publicité, et supprime les préenseignes dérogatoires pour y substituer un dispositif de préenseignes harmonisées centralisées ou une signalétique nationale harmonisée.

Les nouvelles règles en matière de publicité extérieure

En dehors des lieux qualifiés d'agglomération

Selon l'article L581-7 du Code de l'environnement, en dehors des lieux qualifiés d'agglomération par les règlements relatifs à la circulation routière, toute publicité est interdite. Elle est toutefois autorisée à l'intérieur de l'emprise des aéroports ainsi que des gares ferroviaires, selon des prescriptions fixées par décret. La publicité peut également être autorisée par le règlement local de publicité de l'autorité administrative compétente à proximité immédiate des établissements de centres commerciaux exclusifs de toute habitation et situés hors agglomération, dans le respect de la qualité de vie et du paysage et des critères, en particulier relatifs à la densité, fixés par décret.

A l'intérieur des agglomérations

Aux termes de l'article L581-8 du Code de l'environnement, à l'intérieur des agglomérations, la publicité est interdite :

  • dans les zones de protection délimitées autour des sites classés ou autour des monuments historiques classés ;
  • dans les secteurs sauvegardés ;
  • dans les parcs naturels régionaux ;
  • dans les sites inscrits à l'inventaire et les zones de protection délimitées autour de ceux-ci ;
  • à moins de 100 mètres et dans le champ de visibilité des immeubles classés parmi les monuments historiques ou inscrits à l'inventaire supplémentaire ou mentionnés au II de l'article L581-4 ;
  • dans les zones de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager et les aires de mise en valeur de l'architecture et du patrimoine ;
  • dans l'aire d'adhésion des parcs nationaux ;
  • dans les zones spéciales de conservation et dans les zones de protection spéciales mentionnées à l'article L414-1.

Il ne peut être dérogé à cette interdiction que dans le cadre d'un règlement local de publicité établi en application de l'article L581-14.

Dans le cas où il n'est pas dérogé aux interdictions prévues ci-dessus, le maire peut autoriser l'affichage d'opinion et la publicité relative aux activités des associations, sur les palissades de chantier.

La publicité ne peut recouvrir tout ou partie d'une baie. Toutefois, cette interdiction peut être levée pour les dispositifs de petit format intégrés à des devantures commerciales et ne recouvrant que partiellement la baie ou lorsqu'il s'agit de la devanture d'un établissement temporairement fermé pour réfection ou à la suite d'une procédure de règlement judiciaire, dans des conditions fixées par décret.

Concernant les enseignes lumineuses, des règles seront prévues pour prévenir ou limiter les nuisances lumineuses.

Règles applicables lorsque la publicité en agglomération est admise

Selon l'article L581-9 du Code de l'environnement, modifié par l'article 40 de la loi, dans les agglomérations, et sous réserve des dispositions des articles L581-4 et L581-8, la publicité est admise.
Elle doit toutefois satisfaire, notamment en matière d'emplacements, de densité, de surface, de hauteur, d'entretien et, pour la publicité lumineuse, d'économies d'énergie et de prévention des nuisances lumineuses, à des prescriptions fixées par décret en fonction des procédés, des dispositifs utilisés, des caractéristiques des supports et de l'importance des agglomérations concernées.

Peuvent être autorisés par arrêté municipal, au cas par cas, les emplacements de bâches (de protection en cas de ravalement de façade d'un bâtiment par exemple) comportant de la publicité et, après avis de la commission départementale compétente en matière de nature, de paysages et de sites, l'installation de dispositifs publicitaires de dimensions exceptionnelles liés à des manifestations temporaires.

Entrée en vigueur de la réforme

Les publicités, enseignes et préenseignes soumises à autorisation qui ne sont pas conformes à la nouvelle réglementation et entrées en vigueur après leur installation peuvent être maintenues, sous réserve de ne pas contrevenir à la réglementation antérieure, pendant un délai de 2 ans à compter de l'entrée en vigueur de ces règlements.
Les publicités, enseignes et préenseignes qui ont été mises en place avant l'entrée en vigueur de la loi du 12 juillet 2010 portant engagement national pour l'environnement et des décrets pris pour l'application de l'article 36 de cette loi, peuvent, sous réserve de ne pas contrevenir aux dispositions antérieurement applicables, être maintenues pendant un délai de 2 ans à compter de l'entrée en vigueur de la loi et des décrets d'application.

Concernant les panneaux publicitaires numériques qui diffusent de la publicité tout en mesurant l'audience

Les panneaux publicitaires de nouvelle génération ne se contentent plus seulement de diffuser de la publicité, ils sont désormais capables au moyens de capteurs, de comptabiliser les passants qui les ont regardés, voire même, de transférer aux passants des messages publicitaires sur leur téléphone mobile. Ces premiers panneaux publicitaires, sous forme d'écran de télévision, ont été installés dans la station Métro-RER Charles de Gaulle-Etoile à Paris, et ont déjà fait parler d'eux.
En effet, les distributeurs estiment que comme il n'existe aucun flux vidéo, ni d'enregistrement, le système n'entre ni dans le champ de la loi sur la vidéosurveillance, ni celui de la loi relative à la protection des données personnelles.
En avril 2009, la CNIL avait estimé que "si seules des données statistiques sont conservées à l'issue du traitement, il n'en demeure pas moins que celui-ci est réalisé à partir d'images qui comportent des visages identifiables, qui sont des données à caractère personnel. Une comparaison peut être opérée avec les processus d'anonymisation de données personnelles, pour lesquels la Commission est compétente".

En conséquence, la CNIL s'estimait compétente pour :

  • apprécier la légitimité de ces dispositifs équipés de caméras effectuant un "vidéocomptage"
  • examiner la pertinence des données collectées
  • s'assurer du respect des droits reconnus par la loi informatique et libertés et notamment du droit à l'information des personnes.

Afin de donner un fondement juridique à la position de la CNIL, l'article L581-9 du Code de l'environnement dispose désormais expressément que "tout système de mesure automatique de l'audience d'un dispositif publicitaire ou d'analyse de la typologie ou du comportement des personnes passant à proximité d'un dispositif publicitaire est soumis à autorisation de la CNIL".

Sanctions

  • est punie d'une amende d'un montant de 1.500 euros la personne qui a apposé ou fait apposer un dispositif ou matériel visé à l'article L581-6, sans déclaration préalable ou non conforme à cette déclaration. Le manquement est constaté par un procès-verbal établi par un fonctionnaire ou agent compétent.
  • à l'expiration du délai de 15 jours laissé au déclarant d'une publicité pour déposer ou mettre en conformité le dispositif en cause, dont le point de départ se situe au jour de la notification de l'arrêté, la personne à qui il a été notifié est redevable d'une astreinte de 200 euros par jour et par publicité, enseigne ou préenseigne maintenue.
  • est puni d'une amende de 7.500 euros le fait d'apposer, de faire apposer ou de maintenir après mise en demeure une publicité, une enseigne ou une préenseigne
  • en cas de condamnation, le tribunal ordonne soit la suppression, dans un délai qui ne peut excéder un mois et sous astreinte de 15 à 150 euros par jour de retard, des publicités, enseignes ou préenseignes qui constituent l'infraction, soit leur mise en conformité, dans le même délai et sous les mêmes conditions, avec les prescriptions auxquelles ils contreviennent ; il ordonne, le cas échéant, la remise en état des lieux. Il peut déclarer sa décision exécutoire par provision.

© 2010 Net-iris

 

Difficile de faire plus clair ! Gageons que les margoulins qui dénaturent la cité altifagienne, retireront bien vite ce bout de pancarte immonde... Des lettres rouges, et pourquoi pas un fond jaune fluo...

Le publicitaire qui a pondu cette pancarte a, fumé la moquette ou est tombé sur la tête.


Gonfreville l'Orcher : Environnement

 

PLANTES EN FETE

A 20 ANS

La 20e édition de PLANTES EN FÊTE se tient au château d'orcher.


Organisée par l’association Esprit de Jardin, c'est le rendez-vous incontournable des professionnels et des passionnés de jardin : pépiniéristes, paysagistes, outils et matériel, tonnelles, vérandas, accessoires de décoration, légumes et fruits bio.

Les conférences :

Les HEMEROCALLES par Thierry de Ryckel

Atelier d’art floral, par Sophie Tranchida

Ateliers pour enfants

 

En pratique :

Restauration sur place

Voiturage des plantes

Parking gratuit dans le parc 

Vendredi 12 octobre de 14h à 18h 
Samedi 13 et dimanche 14 octobre de 10h à 18 h 

Entrée : 5€, gratuit pour les moins de 12 ans

 

P1030625

 

 

P1030624.JPG

247724_10151023743076618_1654932153_n.jpg

 

Rien ne vous empêche de le faire en tout temps, il n'y a pas de week end attitré. En forêt, faites seulement attention aux chasseurs.

 

Festival : Environnement 



Des artistes, des jardiniers, des cuisiniers, des producteurs locaux et des associations se rassemblent pour le 5ème

Festival des 1001 légumes

29 et 30 septembre 2012 10h00 à 18h00  Au Potager de Beaumesnil  (27)

 

Invitée d'honneur, l'association « Le chemin du Halage » qui proposera plusieurs démonstrations de traction animale...

  384022_10151242325708055_1295023362_n.jpg

 

Au programme :

Samedi 29 septembre :

14H Conférence "les engrais verts au Potager" par Victor Renaud auteur du Traité Rustica du Potager.

15H Conférence "la Traction animale" par l’association le Chemin du Halage

16H30 Spectacle "Paradisi Hortus" de la Compagnie Dakoté (Ballade théâtrale poétique et burlesque pour toute la famille)

17H Conférence "Se lancer dans l’apiculture" présentation du Rucher-école.

 

Dimanche 30 septembre :

11H30 Spectacle "Le Jardin d'Hortense" de la Compagnie du Chat Bada (spectacle musical de 3 mois à 6 ans).

14H00 Conférence "La Permaculture" par Perrine et Charles Herver-Gruyer de la ferme bio du Bec Hellouin.

15H30 Conférence "Démarrer un Verger normand chez soi" par Jean-Pierre Couturier des Jardiniers de France.

17H00 Spectacle "Bruits de jardin" de la Compagnie du Chat Bada (spectacle à partir de 3 ans et pour toute la famille).

 

Tout au long du festival, retrouvez également :

  • Des producteurs locaux (miel, cidre, pains bio, œufs, fromages, produits issus de la framboise, huiles, etc.)

  • Les produits du commerce équitable avec Artisans du monde

  • Le Cagouill’Eure et les élèves du Lycée hôtelier Clément Ader

  • L’Association « Je cuisine mon jardin »

  • Les graines de Kokopelli

  • Présentation de pommes et poires de variétés anciennes

  • L’association Nature et Vitalité

  • Le Moulin Amour

  • Objets eco-design pour le jardin et la maison avec Matières et Nuances

  • Articles en Mohair et Alpaga par "La Bas Laine"

  • Les Pixels d’Ajou (exposition de photos)

  • Les « Apprentis sages » (articles de puériculture écoproduits)

  • La librairie associative le Rouge et le Noir 

  • L'association des Jardiniers de France pour vous conseiller sur tous les aspects du jardinage

  • le Syndicat des Apiculteurs de l'Eure

  • le Groupe Mammalogique Normand

  • l’Association « Terre de liens »

  • Une exposition des courges et autres légumes du Potager

  • Des animations enfants

  • Des balades en ânes bâtés

  • Les visites commentées du Potager… + d'infos . : http://www.1001legumes.com/le_potager_de_beaumesnil_009.html



En pratique :

 Adresse du potager : Le Potager de Beaumesnil - 7, Rue des Forges - 27410 Beaumesnil

Tarifs: Adultes 4 € -- Enfants 6 à 12 ans = 3 € -- gratuit jusqu'à 5 ans

Dés 12H00, une restauration à base de cochons grillés et de légumes du Potager !

Environnement : Espèces sauvages protégées

Faut-il t’en faire mon p’tit loup ?

Le loup, bouc émissaire des éleveurs ?

Source ASPAS (Association pour la Protection des Animaux Sauvages)

Loup2-R.Blackbourn.jpg


Le loup est une espèce menacée en Europe (moins de 10 000 individus). Aussi, Canis lupus est strictement protégé par la Directive Habitat et la Convention de Berne.
Signataire de ces protocoles européens, la France s ‘est donc engagée à assurer sa protection intégrale. Mais sur le terrain, le braconnage et les tirs officiels accordés à titre dérogatoire par l’État (tirs de 6 loups autorisés en 2006) mettent les populations en péril.

Certains éleveurs n’hésitent pas à accabler le loup de tous les torts pour demander son élimination.
S’il lui arrive de prélever quelques moutons sur les troupeaux, il est inacceptable de lui mettre sur le dos l’entière responsabilité des problèmes de la filière ovine (baisse des prix de la viande, concurrence étrangère, maladies…), d’autant que seuls 0,05 % des pertes de bêtes lui sont attribuées et que des mesures de protection efficaces et subventionnées par l’État sont proposées aux éleveurs.


Le retour du loup implique en effet une modification des pratiques pastorales actuelles. Les troupeaux doivent désormais être rassemblés la nuit, constamment gardés par un berger et protégés par un ou plusieurs chiens patous.


Si certains éleveurs acceptent d’adapter leurs méthodes de travail pour mieux cohabiter avec le loup, d’autres s’y opposent, soutenus par de très puissants syndicats agricoles qui voient là un moyen de fédérer une profession en proie à des difficultés d’un autre ordre, et par des politiques qui y trouvent leurs intérêts.

Le loup n’est autre que le bouc émissaire idéal pour détourner l’attention des véritables problèmes d’une filière ovine en crise.


 

L’ASPAS en action

Luttant depuis plus de 30 ans pour la défense du loup, l’ASPAS :

s’oppose fermement et juridiquement aux tirs de loups autorisés par le ministère de l’écologie.
attaque en justice chaque arrêté préfectoral autorisant la destruction d’un loup
demande au ministère de l’écologie d’anticiper l’arrivée du loup dans les régions tels que l’auvergne ou le jura en mettant en place un système d’aide préventive : financement de l’acquisition de chiens patous, travail de formation aux différentes techniques de protection…
diffuse une pétition pour sauver les loups et dénoncer le lobbying agricole anti-loup
sensibilise le grand public aux bienfaits du retour du loup en France et aux solutions existantes face aux contraintes imposées aux éleveurs par sa présence

 

Les pétitions signées et retournées à l’ASPAS sont ensuite expédiées et traitées à la Commission Européenne.

Source http://www.aspas-nature.org 

 

Pétition pour la sauvegarde du loup

http://www.aspas-nature.org/agir/petitions/sauvons-les-loups/ 

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés